LA PRESSE, MONTRÉAL, JEUDI 9 JUILLET 1998

 

Ça aurait pu être pire

 

SAINT-DENIS

Oh que ce fut difficile ! Et laborieux ! Et pas joli ! Mais la France a quand même battu la Croatie 2 à 1 et elle affrontera le Brésil dimanche, en finale de " son " Mondial. La première finale de son histoire.

Et je peux vous dire tout de suite que si elle joue comme ça contre le Brésil, elle va en manger toute une !

Mais d'abord cette pénible qualification. Après une première demie épouvantablement improductive, sans éclat, sans but, sans vibration, sans rien, et tout cela dans un stade éteint, on se disait qu'on s'en allait vers le pire match de cette Coupe du monde. Et puis soudain, au début de la seconde demie, pif, paf, deux buts coup sur coup. Le premier but croate. Suker. Le second but français, Lilian Thuram. Il ne s'est écoulé qu'une minute entre les deux, mais ce fut assez pour que les Français sentent passer la défaite, comme un boulet, à ras les oreilles. Si Thuram ne profitait pas du moment d'euphorie des Croates, ce moment où leur formidable orgueil les a fait se pavaner, c'était fini, c'étaient les Croates qui s'en allaient en finale.

Après le but de Thuram, Thuram en a compté un second. Thuram ? Un des joueurs les plus attachants de l'équipe de France, grand seigneur sans hauteur, un peu intello, réservé, Parisien d'origine guadeloupéenne, un des défenseurs les plus solides du championnat italien ( il joue à Parme )...

Le match s'était réembourbé dans la tranchée où les Croates, qui adorent ce genre de guerre, voulaient le jouer. Les Croates accrochaient, provoquaient, jouaient la comédie, et l'arbitre, pas très allumé, s'est trompé 20 fois de coupable. C'est alors que Thuram refait le même trajet que sur son premier but, en empruntant le même couloir sur le côté droit du terrain, et les Croates l'ont regardé passer en se disant ah non, quand même, il ne va pas recommencer. Pourtant si. Thuram leur en a pété un second. Exactement le même que le premier. À se demander s'il n'en avait pas fait une photocopie.

La suite est moins drôle. Laurent Blanc a été justement expulsé. Il restait dix minutes à jouer. Réduits à dix, les Français ont fait en sorte qu'il ne se passe plus rien, et ils y ont parfaitement réussi ( c'est quand ils veulent qu'il se passe quelque chose qu'ils ont des problèmes ).

Une grande victoire pour la France et un tout petit match de soccer. Mais cela aurait pu être pire. Je veux dire que les Croates auraient pu gagner et il aurait fallu se refarcir tout le week-end leur poisseux nationalisme.

Deux morts, c'est assez. Reportons-nous au match contre l'Allemagne samedi dernier à Bordeaux. Premier but des Croates, les Croates de Mostar ( région de l'Herzégovine ) sortent les kalachnikovs, tirent " en l'air " et abattent un Musulman. Deuxième but : nouvelles rafales, ils tuent cette fois une jeune Musulmane. Troisième but : ils entonnent des chants nazis, tandis que des haut-parleurs lancent des injures à la majorité musulmane. Les forces de l'OTAN s'interposent.

Heureusement, il n'y a pas eu d'autre but.