LA PRESSE, MONTRÉAL, MARDI 6 AOÛT 1985

 

Des culottes aérodynamiques

 

Ce n'est pas parce que ma dernière sortie à bicyclette s'est mal terminée que je vais me priver de pédaler dans cette chronique. Bien sûr, pour l'instant, pédaler à l'ombre, parce qu'avec ce soleil... Et tiens, pourquoi pas, pédaler en ville... cela n'a jamais été aussi à la mode que cette année.

Parlant de mode, avez-vous noté que de plus en plus de cyclistes s'habillaient " en coureur " ? Non ! Pas vrai ! Vous pensiez que c'était de vrais coureurs ? Ben voyons ! Depuis quand les coureurs cyclistes s'entraînent rue Sainte-Catherine, ou rue Crescent, ou rue Saint-Denis ?

Ce ne sont pas des coureurs, ce sont des dandys à pédales... C'est qu'il est maintenant du dernier chic de porter des cuissards de licra vert-lime, ou rose, ou blancs à grosses rayures mauves...

Le liera est cet espèce de nylon brillant, soyeux, super élastique qui moule comme une seconde peau, D'abord utilisé pour habiller les athlètes " haute performance ", nageurs, skieurs, cyclistes et autres, le licra a maintenant la grande faveur des athlètes du dimanche. Mais pour eux, évidemment, c'est bleu plus une question de look, que de performance...

Pourquoi pas après tout ! Surtout que le licra est aussi, me dit-on, très confortable... On me l'a tant vanté que je me laisserais presque faire si, par principe, je n'étais pas contre tous ces trucs " à la mode "...

Quel principe au juste ? Bof, rien de très philosophique. Je trouve seulement indécent de mettre $80 dans une paire de shorts en licra ! Aérodynamiques, il est vrai, mais je suis sûr que je roule aussi vite dans mes shorts en coton caca d'oie, à $5 au surplus de l'armée... Et si par quelque aberration de l'esprit, je tenais absolument à aller plus vite que je vais là, me semble que j'aurais bien d'autres choses à améliorer avant mes shorts... mon souffle entre autres !

S'cusez l'ironie, amis cyclistes sportifs. Je ne vous cacherai pas que vous m'agacez un peu les mollets quand je vous vois passer seyants et luisants, les fesses coussinées, sur vos bicycles à cadre court, le nez presque dans la roue avant, tout à fait comme de vrais chaparfois. Parfois vous avez même les jambes rasées, et vous remontez la rue Berri en poussant un braquet de 54xl2 !... C'est vrai, je suis jaloux de votre impudente santé.

Et j'ai le goût de vous jouer un tour. De m'habiller encore plus guenillou que je le suis là, de crotter tout exprès mon Mauve, de changer ses guidons croches pour des droits, et, pour achever de vous abuser, de fixer sur mon porte-bagage un siège de bébé...

Alors mine de rien je me porterais à votre hauteur et je vous planterais là...

 

CYCLO-TOUR LASALLE -

Vous roulez comment ? 90 milles dans une journée sur un parcours assez valloné, ça vous fatigue ou pas ? Pas trop ?

OK, j'ai quelque chose pour vous. Pas samedi qui vient, l'autre, le 17 août. L'événement annuel du Vélo-Club Lasalle...

Il s'agit de monter jusqu'à Ste-Marguerite dans les Laurentides, retour le lendemain... Je vous en parle surtout à cause du prix. $50 pour les deux jours, ce qui comprend le souper, les petits déjeuners, les collations en chemin, le gîte dans une auberge, le transport de vos bagages en camion...

Départ le samedi matin de ville Lasalle à 8 heures, coin 75e avenue et Airlie. Escorte policière pour traverser l'île. Chacun roule à sa cadence, mats attention, ça n'a rien à voir avec une promenade dominicale, en famille, sur piste cyclable.. Ce n'est pas une course, ni un test d'endurance, mais pour apprécier, pour ne pas trop en arracher, faut tout de même savoir se tenir sur un vélo, je veux dire rouler 17-20 milles à l'heure, une couple d'heures, sans que ça force trop...

Il vous reste une semaine et demie pour vous mettre en jambes... Moins pour vous inscrire en appelant à (514) 365-7318.

 

VACANCES -

C'est le fun un cyclotour à cause de tous ces cyclistes qu'on rencontre, des trucs et des adresses qu'on échange, de cette douce folie pour le vélo qu'on partage...

Mais ce n'est peut-être pas la meilleure façon de faire de la bicyclette.

C'est quoi la meilleure façon ? À mon avis c'est celle de Francine Bienvenue, une madame de St-Denis-sur-Richelieu qui a adressé cette lettre au courrier des lecteurs de LA PRESSE...

" Je suis allée à Hampton Beach à bicyclette, toute seule... comme une grande ! Je mesure 5 pieds, je pèse 105 livres, j'ai 37 ans, je suis moyennement en forme.

Avant de partir, je n'avais jamais roulé plus de 20 milles à bicyclette... Pour aller à Hampton Beach j'en ai fait 300 en 6 jours. Et pour en revenir, encore 300, mais cette fois en trois jours.

J'ai adoré ça.

J'ai deux enfants, un mari, un travail, une auto... je les ai laissés pour 18 jours et ça m'a reposée, malgré les centaines de milles !

J'ai traversé les Montagnes Blanches, découvert des endroits charmants, pris le temps de vivre et je me suis senti libre, libre, libre...

Si vous désirez des détails sur le trajet, appelez-moi à ... "

Ici Francine ajoutait généreusement ( et imprudemment ) son numéro de téléphone. Je l'ai rejointe pour la dissaduer de servir de guide à la moitié de la province, en l'assurant qu'elle avait déjà fait beaucoup en témoignant aussi spontanément et aussi simplement... rien qu'à la lire on avait le goût de sauter sur son vélo...

L'itinéraire est plutôt secondaire, d'ailleurs quand il ne reste plus qu'à décider de la route, c'est qu'on est déjà parti !

 

***

Non seulement il n'y a pas de stationnement pour les vélos à l'hôpital Royal Victoria, mais les agents de sécurité de cet établissement se font un devoir ( et dirait-on, un plaisir ) de confisquer celles qui traînent aux abords de l'entrée principale, pour les mettre sous verrous...

Comme quoi il ne faut pas compter sur les hôpitaux, sur celui-là du moins, pour encourager les gens à se garder en santé !

 

***

Non seulement les règlements ne sont-ils pas clairs en ce qui regarde le transport des bicyclettes par les autobus Voyageur, mais en plus, ces règlements ne sont pas respectés par les chauffeurs qui prennent sur eux de refuser le colis encombrant quand ça leur chante...

Sans parler de ce que ça coûte ! Depuis juin 84 les bicyclettes sont considérées, par Voyageur, comme des colis. Dépendant de leur poids et du kilométrage, il vous en coûtera environ le tiers de votre billet pour les faire transporter en même temps que vous. Et cela dans le meilleur des cas, parce qu'il arrive aussi que le chauffeur prétende que sa soute est pleine. Votre engin n'arrivera alors que le lendemain, ou le surlendemain...

Pour aller à Québec, par exemple, c'est $24 pour le passager et environ $8 pour le vélo, si vous avez une boîte pour le mettre. Si vous n'avez pas de boîte, pas grave, Voyageur vous en vendra une pour $2 !... alors que les marchands de vélos les donnent gratuitement, ces foutues boîtes !

Comme quoi c'est vrai : il y a cent manières de faire des économies, et cent mille d'emmerder le monde...

À noter que si vous allez à New York ou Los Angeles, plutôt qu'à Québec, le transport de votre vélo sera gratuit. Les transporteurs américains se faisant une toute autre idée des services qu'ils se doivent de rendre à leur clientèle..