LA PRESSE, MONTRÉAL, SAMEDI 6 AVRIL 1985

 

Rires

 

" C'est une étrange entreprise que celle de faire rire les honnêtes gens ", philosophait Molière, dans la Critique de l'École des Femmes...

Si par " étrange ", il entend " difficile ", moi je ne trouve pas ! Suffit de parler de cul et tous les honnêtes gens rient...

LA PRESSE a publié cette semaine, je ne sais plus quel jour, ni en quelle page, un article intitulé : " Prothèse de pénis " qui a eu l'heur ( très retardée de l'Est ), qui a eu l'heur, disais-je, de faire rire grassement nombre de nos lecteurs et trices.

Comment je le sais qu'ils et elles ont ri ? Eh bien parce que j'en connais qui l'ont découpé pour le coller sur leur frigidaire... Au moins quatre me l'ont envoyé au cas où je l'aurais manqué, en soulignant les passages les plus drôles ; deux m'ont téléphoné ; et au bureau, il y a même un confrère qui m'en a glissé une copie dans mon casier...

Comment je sais que vous avez ri ? C'est que je commence à bien vous connaître, allez ! Même que rien qu'au son je peux deviner pourquoi vous riez. Ce n'est pas difficile puisque, pour la plupart, les homos sapiens n'utilisent que trois genres de rires...

Premier genre : le rire idiot ordinaire. Surtout utilisé pour apprécier bruyamment une joke comprise du premier coup. Celle-ci par exemple : une fois c'était un Newfie...

Deuxième genre : le rire intelligent. Utilisé pour donner le change. On n'est pas sûr du tout que ce soit drôle, mais comme on ne veut pas risquer de passer pour le gars qui n'a pas compris... Exemple, cette histoire pascale : le soir de la Cène, Judas Iscariote appelle le maître d'hôtel et lui glisse, discrètement : vous ferez des additions séparées...

Enfin, troisième genre, le rire pathologique. On le reconnaît à la crispation convulsive des muscles zygomatiques, et au sourd désordre intérieur qui s'empare de toute personne dès qu'il est question de sexe... Faites-en l'expérience au bureau par exemple. Attendez que le grand boss s'adresse à l'ensemble des employés et lorsqu'il aura dit : " Des augmentations y'en n'aura plus ! ", faites rimer, dans le lourd silence qui suivra, avec un léger : " Poil au cul ! ". Je vous garantis un fou rire collectif. C'est idiot, je suis d'accord, mais c'est comme ça... Maintenant, répétez l'expérience avec un mot sans connotation sexuelle, dites n'importe quoi d'intelligent qui rime en " u ", à la place de " poil au cul ", dites, par exemple " oulalà c'que ça pue ", ou encore " et ta soeur à charge-tu ? ", et vous verrez que ça ne fera rire personne. Sauf, les débiles évidemment. Y'en a toujours...

Mais revenons à notre prothèse... Si un poil de cul suffit à distraite la galerie, vous imaginez aisément quelle folle hilarité peut déclencher un pénis entier. Qui plus est, un pénis gonflable comme l'est celui-là.

Il s'agit donc d'une prothèse faite de deux tubes de silicone remplis d'une solution saline, implantés dans le pénis. Une pompe située à la base du gland provoque l'érection en faisant circuler la solution saline dans les cylindres.

Après l'acte sexuel, il suffit de plier la verge à sa base pour qu'elle redevienne flasque.

Je ne sais pas ce qu'il en est pour vous. Mais pour moi, je n'ai absolument rien compris.

Pas compris comment ça fonctionne... Est-ce que la pompe marche à batteries ? Et où les range-t-on ?... Pourquoi une solution saline ? Pourquoi pas, tant qu'à améliorer la chose, une solution à la liqueur de framboises... Et pourquoi pas gonfler ce machin-là à l'hélium comme les ballons dirigeables, ou mieux encore avec un gaz hilarant, ça ferait au moins rire les filles pour quelque chose...

Sans blague, je ne comprends pas à quoi peut bien servir ce truc-là. Toujours pas à faire des enfants ? Non plus à avoir du fun, à moins d'être un joyeux maniaque de la mécanique ! Alors ? Alors les apparences ? Si c'est juste pour les apparences, c'est malade-macho pour vrai !

Mais ce que je comprends encore moins, c'est ce que vous pouvez bien trouver de drôle là-dedans... Même ma blonde est partie à rire comme une folle quand je lui ai fait lire cette histoire de prothèse-là...

- Reprends-toi, c'est niaiseux !... T'en veux-tu une histoire drôle ? M'a t'en conter une vraie. Savais-tu que c'était les filles qui avaient inventé l'intelligence ?... Veux-tu savoir comment ?...

Ça remonte à l'époque des cavernes. Un bonhomme et sa madame prenaient le frais dehors quand la madame, songeuse, dit tout à coup :

- Je pense que je viens de découvrir l'intelligence...

- Voyons donc, pas l'intelligence !

- J'en suis presque sûre, mais on va vérifier. Prends ta hache et fais ce que je dis...

La madame met alors sa main à plat sur un arbre :

- Envoye frappe ma main avec la hache !

- T'es folle ! M'a te l'a couper !

- Frappe j'te dis !

Le bonhomme s'élance. La madame ôte sa main. La hache se plante dans l'arbre.

- Tu vois c'est ça l'intelligence, dit la madame.

Le bonhomme très impressionné raconte son aventure à tous les gars alentour :

- C'est pas des farces les boys, ma blonde a découvert l'intelligence...

Comme personne ne veut le croire, il fait venir sa madame.

- Envoye minou, montre-leur c'est quoi l'intelligence, à c'te gang de mongols-là. Mets ta main à plat sur un arbre. Je vais prendre ma hache...

C'est alors qu'ils se rendent compte tous les deux, que là où ils sont à ce moment-là, il n'y a pas un arbre à l'horizon...

Qu'a cela ne tienne, la madame n'a pas inventé l'intelligence pour rien. Elle a soudain une idée :

- On se passera d'arbre, dit-elle. Prends ta hache mon ami et frappe fort...

Et ce disant, elle pose sa main à plat sur son propre front...

Remarquez bien que rien ne vous oblige à rire, ce n'est même pas une histoire de cul...